THE LAST DANCE : Bulls on parade

Après sa sortie au printemps 2020, la série documentaire consacrée à la dernière saison de Michael Jordan chez les Bulls de Chicago a remporté en septembre l’Emmy Award du meilleur documentaire. Pour fêter ça (et faire plaisir à son auteur, grand fan), le rédac’ chef déterre une chronique non publiée de mai 2020. Clutch refait le match.

| Mathieu Laforgue

Juin 93, finales NBA, match 6, Phoenix. Dernière mise au jeu pour les Bulls, Jordan donne le ballon à Pippen, qui le transmet à Grant dans la raquette qui le balance dans son dos à Paxson, campé derrière la ligne des trois points, qui satellise ce dernier dans le panier sans toucher le cercle. Ce panier, je l’ai rejoué des milliers de fois sur le panneau de basket familial. Ce panier offrait à l’époque un troisième titre consécutif de champion à Chicago, conclusion parfaite de dix années sous le maillot des Bulls pour le roi Jordan.

Juin 98. Deux titres plus tard, une retraite bien méritée, quelques home run et nombre de parcours de golf sillonnés. Finales NBA, match 6, Utah cette fois. Derniers instants du match, Jordan dépose, d’un dribble dont il a lui seul le secret, son adversaire direct en entrée de raquette, et expédie le ballon dans le filet. La messe est dite, sale coup pour la fanfare des Jazz, les Bulls recréent l’exploit d’il y a cinq ans et empochent une sixième bague de champion. Outre le bassin de Russel fracturé sur le parquet, mon genou gardera lui aussi un traumatisme de ce matin-là, certes plus bénin, la faute à un bond du canapé vers le coin de la table basse, réveillant au passage la maison sous les envolées inimitables d’un George Eddy à deux doigts de l’AVC. Mes parents aussi aiment Michael Jordan.

6 titres en 8 ans. L’épilogue final d’années 90 où les Bulls ont littéralement marché sur la NBA.

Pour retracer cette dynastie, ESPN a mis les petits plats dans les grands et raconte, à travers Michael Jordan, sa vie, son œuvre, les années Bulls de 83 à 98. The last dance, nom de la mission donnée par Phil Jackson, coach emblématique des Bulls à l’abord de sa dernière saison sur le banc de Chicago, aurait pu se contenter de nous compiler des images d’époque de matchs, mais va bien au-delà pour notre plus grand bonheur.  Savant mélange de résumés, instantanés de vie, interviews, anecdotes croustillantes montés sur une bande originale monumentale (Notorious BIG, Pearl Jam, Coolio, à retrouver ci-dessous) ce documentaire marquera à tout jamais l’histoire du sport à travers la NBA des années 90, une ligue bien plus dure et violente qu’elle ne l’est aujourd’hui.

BACK TO BACK TO BACK
Dix épisodes durant, nous voilà donc embarqués dans l’association Chicago Bulls, avec deux trois détours mythiques comme le tournoi olympique de Barcelone en 92, évènement qui a clairement mis sur le devant de la scène cette génération dorée du basket américain.

Vous pensiez avoir tout vu ? Pas de spoils chez nous, mais vous n’êtes pas au bout de vos surprises, et si vous connaissez parfaitement le Docteur Jordan, monstre de travail à la mentalité de gagnant d’acier, vous découvrirez sans doute Mister Mike, roi du trash talking, irritable à souhait, tyran du vestiaire et au final peu apprécié par nombre de ses pairs. Et parce qu’il n’y a pas que le numéro 23 dans cette dynastie, c’est avec un plaisir non dissimulé que vous vous délecterez aussi des frasques de Rodman et des premiers coéquipiers du meilleur joueur de tous les temps, alignant bière et clopes à la mi-temps ; de l’indispensabilité de l’adjudant Pippen ; et du travail en sous-marin de tous les seconds couteaux au service de sa majesté MJ qui ont rendu cette exploit possible. Paxson, Kerr, Kukoc, Jerry Krause, j’en passe et des meilleurs. Préparez votre pop-corn et assurez vous que votre frigo est bien achalandé en houblon, c’est un véritable cadeau de Noël en plein mois de mai que vient de vous offrir ESPN.

La série est toujours disponible en streaming sur Netflix. Un avertissement : oubliez direct la VF…

Photo : The Last Dance © Netflix/Espn

©Editions 138. Tous droits réservés.

Développé avec Symfony et Golang. Propulsé par Caddy et Docker.